Ingénierie, innovation et complexité : introduction [1/4]


Une quinzaine d'étudiants réunis à l'UTT pour l'atelier formation / complexité du 8 juin

Le rendez-vous était donné jeudi 8 juin à l'UTT pour une quinzaine d'étudiants, futurs ingénieurs et tous responsables associatifs ou représentants étudiants. Une après-midi en petit comité au MIND Lab [l'espace de coworking de l'UTT] pour parler ingénierie / formation d'ingénieur et... "complexité" au cours d'un atelier animé par Dominique Genelot.

C'est à l'occasion d'un projet en 2015 avec le Bureau National des Élèves-Ingénieurs (BNEI) et l'association Ingénieurs et Scientifiques de France (IESF) que j'ai découvert tout ce qui se cachait autour de la "complexité" et de ses "principes". J'animais un groupe de travail, composé d'ingénieurs et scientifiques, dont l'objectif était d'émettre des propositions pour grosso modo répondre à la question : comment la formation d'ingénieur doit-elle évoluer pour répondre aux défis de demain ?

Au fil des réflexions et des échanges, j'ai fait la rencontre de Dominique Genelot. Ancien dirigieant d'un cabinet de conseil en management qui, avec l'oeil du praticien, s'est impliqué dans les courants de recherche en gestion, management et transformation des entreprises. Il est vice-président du "réseau intelligence de la complexité", réseau européen de recherche et d'échanges sur les sciences de la complexité, et il est également l'auteur de l'ouvrage "Manager dans (et avec) la complexité", Éditions Eyrolles 2017 [disponible ici sur Amazon].

C'est grâce à lui, son ouvrage et ses conseils, que j'ai découvert les principes du penser et de l'agir en complexité il y a deux ans et que je continue aujourd'hui encore de m'y intéresser en mêlant théorie (lecture) et pratique (projets, engagement associatifs,...). C'est donc tout naturellement que j'ai souhaité l'inviter pour animer cet atelier d'exploration et de découverte autour :
  • des enjeux de ce que l'on met derrière le mot "complexité" ;
  • des méthodes pour penser et agir en complexité ;
  • des transformations nécessaires dans la formation d'ingénieur pour nous préparer à relever ces défis.

Voilà ci-dessous quelques mots d'introduction, qui ont motivé les participants en mai et qui j'espère vous motiveront à lire les trois prochains articles, où je présenterai trois grands principes actionnables en complexité.

« Lorsqu’en tant qu’ingénieurs, au sein d’équipes pluridisciplinaires, en lien avec d'autres interfaces de l'entreprise et de la société, nous serons amenés à concevoir et conduire des projets (de la création d’une startup à la simple optimisation d’un algorithme, en passant par la conception d’un produit mécanique ou la commercialisation d’un service…) nous naviguerons dans un environnement complexe. Plusieurs dimensions à prendre en compte, l'importance du contexte et d'une vision globale, de s'organiser et de travailler avec d'autres personnes,.... Les facteurs à considérer sont innombrables et tous imbriqués. Difficile donc de s’y retrouver, de savoir quoi faire, comment le faire, ce qui est notre responsabilité, ce qui ne l’est pas, ce qui est "bon" ou "mauvais… Pourtant nous serons confrontés à l’incertitude des conséquences de nos choix alors : comment penser et agir en responsabilité dans (et avec) la complexité qui nous entoure ?

Notre formation d'ingénieur est toujours organisée en « disciplines » où l’on nous transmet des connaissances disjointes, compartimentées ; où l’on dissocie savoir-faire et savoir-être, compétences « techniques » et compétences « collaboratives » ; où l’on explore des problèmes abstraits et simplifiés généralement sans prendre en compte le multidimensionnel, le contexte, le global ; où l’on nous enseigne comment analyser, simplifier, isoler mais où jamais on ne nous dit comment articuler et relier nos connaissances.

Nos modes de pensée classiques ne semblent plus suffisants pour nous y retrouver.

Face aux défis à relever, il est nécessaire de réinventer nos modes de pensée. Pendant des siècles les hommes ont poursuivi le rêve (qui s’avère fou aujourd’hui) de « maîtriser la complexité ». Or, toute l’évolution scientifique et philosophique du 20ème siècle a montré que plus la connaissance avançait, plus la conscience de ce que nous ignorons augmentait. La complexité résulte précisément du fait que nous n’arrivons pas à comprendre complétement et encore moins à maîtriser totalement les phénomènes dans lesquels nous vivons et agissons.

Malheureusement (ou heureusement !) nous ne pourrons jamais maîtriser la complexité. Pas de solution miracle, pas de « bonne solution » aux problèmes que l’on rencontre. Pas de chemin tracé d’avance, pas de compétence magique, pas de méthode parfaite. Il nous faut apprendre à vivre dans (et avec) la complexité ! 

Ni le management agile, l’intelligence collective, la Roue de Deming, la méditation, les MOOCs, l’open-innovation, l’esprit startup, l’entreprise libérée ou encore le design thinking ne nous permettront de maîtriser la complexité. En revanche, ces pratiques, ces méthodes, ces outils, représentent différentes facettes, pourtant fragmentées, opposées, parfois même contradictoires, d’un même projet.
 
Heureusement des principes existent pour mieux comprendre, penser et agir dans la complexité.
Mais attention à ne pas s’y méprendre, ces méthodes et ces principes ne sont ni une solution à un problème présupposé, ni l’affirmation d’un problème auquel il faudrait une solution. Il s’agit davantage d’une « grille de lecture » que de contenu.

« Le monde dans lequel nous vivons est le monde de l’incertain, de l’aléatoire, de la complexité. Voilà une bonne nouvelle ! nous dit Dominique Genelot. Certes, l’incertitude est remplie de multiples risques. Mais elle est aussi un espace dans lequel nous pouvons exercer notre liberté, inventer et construire notre destin. La complexité est une chance à saisir ! »

L’atelier n’apportera aucune réponse toute faite à des problèmes posés d’avance, mais il soulèvera des questions et proposera des pistes de réflexion et des points d’appui pour conduire notre propre pensée. »


Je vous donne donc rendez-vous dans un prochain article pour rentrer dans le vif du sujet et aborder un premier point, le concept de modélisation. En quoi nos "représentations" façonnent-elles notre vision, notre pensée et nos actions ? Pourquoi en savoir plus sur la modélisation peut-il nous aider à imaginer, concevoir et créer... ou bien nous aider à gérer un projet ou une équipe ?

Article rédigé par:

Builder Innov'utt depuis 2014.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire