Devenir entrepreneur en 30 minutes !

Ce mardi 18 octobre 2017, l'association pour l'innovation et l'entreprenariat de l'UTT accueillait Julien Crozat, ancien étudiant de l’UTT, fondateur de l’agence de communication Zetruc et représentant de l’Adutt pour nous parler de motivation, d'ambition et d'entrepreneuriat !

Le défi était donné : "30 minutes pour devenir entrepreneur" ou plutôt : 30 minutes pour prouver à ceux qui n'en sont pas convaincus qu'ils ont une âme d'entrepreneur ! C'est aujourd'hui ce dont nous allons parler dans cet article qui se veut une synthèse de la conférence de Julien :

Pourquoi et comment convaincre en 30min des étudiants qu’ils ont tout à gagner à entreprendre ?



Étant impliqué dans l’association Innov’utt, personnellement, je suis naturellement porté sur le monde des start-ups et de l’entreprenariat et qui comme moi ne s’est jamais dis un matin en se levant : “Je veux monter mon projet, être mon propre patron !”. Alors certes, cette appétence n'est pas innée chez tout le monde mais... quelque part... d'une manière ou d'une autre... cette fibre entrepreneuriale est bien présente chez tout le monde. C’est elle qui nous anime lorsque que l’on ose quelque chose de nouveau, lorsque l'on prend des risques, qu’il s’agisse de construire une super cabane de jardin ou de se fabriquer son propre ordinateur.

Mais quant à l'entrepreneuriat au sens de "création d'entreprise", lancer une start-up, monter sa propre affaire, c’est autre chose.
Et c’est bien avec l’idée en tête que chacun peut entreprendre et créer son entreprise que Julien est venu nous convaincre !
Pour lui, l’entreprenariat est venu par l’engagement associatif. Il voulait se prouver à lui même qu’il était capable de piloter un projet, une équipe, gérer des partenariats, une organisation. C’était son challenge, la raison qui l’animait et qui le motivait !
Ce qui nous amène à une première question clé.



Quelles peuvent-être les raisons / les motivations pour créer sa start-up ?


Pour oser franchir le cap, se lancer et monter son projet, on peut trouver tout un tas de raisons ! Et souvent il s'agit de vouloir se challenger, comme Julien. Pourquoi ne pas tenter l’aventure, explorer un domaine inconnu pour sortir de sa zone de confort et repousser ses limites ? Entreprendre, c’est se découvrir, en apprendre plus et être responsable de son propre projet, de son entreprise. Nombreux sont les motifs qui peuvent motiver une personne à se lancer... En fait, nous pouvons sans doute tous trouver au moins une bonne raison, quelque chose qui nous tient à coeur, qui nous fait rêver ou qui nous empêche de dormir, que l'on aimerait bien changer, on a tous un petit quelque chose qui nous donne envie de se jeter à l’eau et tenter sa chance, non ?
Alors pourquoi si peu de gens le font vraiment ?
L’explication est tout aussi simple. La plupart des personnes vont se freiner naturellement, quitte à le regretter plus tard :  

"Mon idée n’est pas la bonne..."

"Je n’aurais pas le budget..."

"Ce projet est trop risqué,..."

"Je n’ose pas me lancer,...”

Ce sont souvent ce genre d'idées reçues qui freinent l’entrepreneur qui est en nous ! Nous pourrions en trouver beaucoup d'autres ! Surtout au sein de notre culture française qui pousse généralement à voir les gros obstacles plutôt que de chercher les chemins ou les interstices.

Ceci étant posé, Julien va prendre 30 minutes pour démonter les principales idées reçues et ainsi faire ressortir la valeur essentielle de l’entrepreneur : L’envie.
Mais reprenons sur ces idées reçues qui atrophient le Mark Zuckerberg qui sommeille plus ou moins profondément en nous...

Je n’ai pas l’argent :

Cette excuse était valable il y a 20 à 30 ans, lorsqu’il fallait une grande somme de base pour investir dans du matériel et lancer tout de suite une production. De nos jours, la majorité des start-ups sont des start-ups de “connaissances” ou de services. Et même lorsqu'il s'agit de "produit physique" ou autre projet qui requiert une mise de départ, de nombreux dispositifs existent (bourses, concours, aides, prêts,...) et de nombreuses personnes (personnels d'écoles et universités, associations, etc.) sauront vous guider.
Quoi qu'il en soit, votre envie vaudra plus que l’argent d’un investisseur. Une personne qui a peu de budget aura tout à gagner alors qu’une personne avec un budget sans limite aura tout à perdre !

Je vais perdre du temps :

La notion de temps n’est pas importante lorsque l’on crée sa start-up ! En effet, lorsqu’on travaille sur un sujet qui nous passionne, le temps devient un détail. Qui n’a pas fait une activité pendant 2 heures en ayant l’impression de ne l’avoir fait que pendant 30 minutes. Plus l’intérêt dans le projet sera grand et plus vous voudrez y passer du temps. Le plaisir vient lorsque l’on travaille pour quelque chose qui compte pour nous. Puis même si le résultat s'avère un échec, les compétences et l'expérience capitalisées en développant votre idée vous seront précieuses pour la suite.

Je n’ose pas me lancer :

Il n’a jamais été aussi facile qu’aujourd’hui de lancer son projet avec tout les soutiens et les incubateurs. Toutes les écoles d’ingénieurs et de commerces sont dans la promotion de l’entreprenariat et seront prêtes à vous accompagner sur vos projets. Les incubateurs peuvent vous fournir un lieu de travail mais également l’expérience d’autres start-uppers. L’entreprenariat est au centre des préoccupations, profitez-en !
À l’UTT, pour prendre exemple sur notre école, il existe des points d’appui pour lancer sa start-up. Il y a par exemple l’ADUTT qui aide beaucoup d’étudiants à financer leur projet ou donner des contacts. Du côté de l'administration, des personnes telles que Florence Hardy et Emmanuel Carquin, fidèles défenseurs de l’entreprenariat UTTien, seront également là pour épauler les porteurs de projets. Il y a également des associations, notamment Innov'utt qui sont à votre écoute.

Mon idée n’en vaut pas la peine :

Qui aurait pensé que l’iPhone ou bien Facebook auraient un jour autant marché ? Les idées les plus simples ou les plus folles sont souvent les meilleures. Plutôt que de se concentrer sur une idée, il faut se concentrer sur un problème qui compte. Les idées pour résoudre ce problème seront bien plus simples à trouver. À vous d’évaluer laquelle sera la plus prometteuse, de vous convaincre qu'elle le sera puis d'en convaincre les autres.

Je vais me louper c’est sûr :


Et alors ? Comme dis Jaques Brel : “On ne meurt pas de se casser la figure.” Combien d’entrepreneurs ont essayé 7 fois pour réussir la 8ème. Prenons l’exemple donné par Julien avec Steeve Jobs. Le fondateur d’Apple s’est fait viré de sa propre entreprise par son associé en 1985. Malgré tout, il remonte une entreprise, NeXT Computer, qui se fait racheter par Apple. Cela lui permet de redevenir le patron d’Apple en 1997. Comme quoi même les serial-entrepreneurs se sont bien ratés avant de réussir avec panache.
Pour la petite histoire, l’entreprise de Julien est une start-up ratée... Suite à cela il a rebondi pour changer de direction avec son entreprise qui s’est développée en agence de communication.
L’échec n’est qu’une étape vers la réussite. Mieux vaut se rater plutôt que de ne rien tenter, cela sera toujours instructif.

Tout n’est donc qu’une question d’envie ! Même si le risque est présent, l’envie prend toujours le dessus ; comme un motard qui prend un virage une première fois à 100 km/h, puis le tenter de nouveau à 120km/h même si il sait que c’est risqué. L’envie permet d’avancer toujours et encore, malgré les obstacles auxquels on est opposé. Rien n’est facile, il y a des hauts et des bas et avec l’envie de persévérer et d’apprendre on peut continuer. Vous vous direz 10 000 fois : “Qu’est ce que je fais là ?” et il faudra donc vous dire 10 001 fois : “Je crois en mon projet, j’ai l’envie de continuer !”.
C’est cette envie qui permet de mettre de côté une partie des freins annoncés au début. Comme nous l’a dit Julien Crozat, le seul vrai risque est de ne pas l’avoir pris et de se dire : « C’est trop tard, si j’avais su, je me serais lancé ».
Une dernière chose, la plus importante pour Julien et il est loin d'être le seul entrepreneur à le dire, il s’agit de la passion. En étant passionné, votre attention sera au maximum. Si cette attention est au maximum pendant longtemps, vous allez apprendre beaucoup (car vous apprendrez beaucoup plus vite !) et allez rapidement devenir très riche (au moins en connaissances & en expérience) !

Article rédigé par:

Builder Innov'utt depuis 2016.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire